VIETNAM – Jour 8/16 – Tam coc

RETOUR EN TRAIN A HANOÏ

Nous n’avons que 45 minutes de retard à l’arrivée à Hanoï. Il fait beau et chaud. Et là… c’est la guerre ! Une horde de taximen nous sautent dessus alors que nous traversions les voies pour rejoindre la gare. Nous sommes réveillés depuis 30 min et leur oppression est difficilement supportable. Un des chauffeurs veut négocier 200 000 VND. Nous refusons, il propose 150 000 VND…. nous refusons à nouveau préférant un taxi avec un compteur.

Nous voulons nous rendre à la gare routière de Hanoï afin de prendre un bus pour Ninh Binh (Baie d’Halong terretre). Le taxi nous revient à 114 000 VND pour deux, nous avons donc bien fait de ne pas accepter le taxi qui négociait

COMMENT S’EN SORTIR A LA GARE ROUTIÈRE DE HANOÏ ?

La gare est là, c’est clair et net, des tas de cars/bus sont en attente. Mais la question est : comment savoir lequel est le notre ? Pas de panneau, pas d’indications, nulle part.

Nous tentons un rapprochement auprès d’une cabine avec des personnes à l’intérieur.
Peut-être est-ce là que les billets sont vendus. Les vietnamiens nous ignorent tout d’abord de façon royale. Mais nous réussissons à obtenir, au bout de 10 min de frappage au carreau une indication !

Un homme nous amène à la sortie de la gare de l’autre côté du mur, il y a des dizaines de mini bus/bus indépendants. L’oppression recommence, une dizaine d’hommes nous sautent dessus, nous hurlent dans les oreilles, essaient physiquement d’attirer l’attention. ON NE COMPREND ….. RIEN !!

 

On essaie de retourner dans la gare routière pensant à une arnaque. Certains continuent de nous courir après en hurlant « NINH BINH NINH BINH ». OK ok… la solution est bien là ! prendre un mini bus indépendantUn nous arrache aux autres pour 70 000 VND le trajet par personne. Je lui demande quand partons nous, quand arrivons nous, il me fait signe de la main de ne pas m’en occuper et de monter. Il a pris en otage mon sac pour bien montrer aux autres qu’il nous a.
 

Les bus partent un à un dans l’ordre de positionnement. C’est notre tour mais le mini bus n’est PAS DU TOUT rempli, le chauffeur et rabatteur trainent un peu mais le policier qui surveille que les bus partent bien pour laisser la place aux autres, tape avec une matraque sur le mini bus pour nous pousser dehors.

Nous sommes 3…. il est 6h50 du matin : c’est le départ !

1 HEURE A TOURNER DANS HANOÏ EN MINIBUS

Nous quittons bien la gare MAIS commence alors une terrible et longue attente…. le minibus tourne encore et encore autour de la gare. Les 2 rabatteurs « violent » les gens pour les faire monter. Ils sont très doués, devinent qui veut aller à Ninh Binh. Je ne sais comment cela est possible, mais ils chopent des vietnamiens qui arrivent à mobylette, etc etc

D’ailleurs, ce mode de transport est anti touristique, vous êtes plongés dans la vie locale ! Nous retrouvons juste 2 amis allemands croisés à Sapa. Le bus se remplit, j’avais de gros doutes sur la façon de faire MAIS SI… ils connaissent bien leur travail !

En attendant, des disputes éclatent dans la rue, nous ne sommes pas les seuls à vouloir choper des gens à transporter. Le chauffeur se fait frapper, rien de grave apparemment, normal, tout est normal ! Le bus est plein, archi plein… le rabatteur installe des planches de bois entre 2 fauteuils séparés par le couloir, et cela donne : UNE PLACE ! Imaginez, 5 rangées : 5 places de plus.


7h45 : enfin nous quittons Hanoï !

TRAJET ENTRE HANOÏ ET TAM COC

Le trajet est mouvementé, les 2 rabatteurs et le chauffeur sont complètement surexcités, ça parle, ça hurle, ça s’agite. Ca ouvre la porte alors que nous sommes à 100km/h, ça téléphone. C’est TRES fatiguant.

L’arrivée à Ninh Binh, après 1h/1h30 de trajet, est cohérent avec le reste. Le contact n’est pas coupé que la porte s’ouvre et là une dizaine d’hommes montent dans le minibus, nous empêchant de sortir.Ils nous tendent des cartes d’hôtel ou de restaurant.

 

Notre destination finale n’étant pas Ninh Binh, nous sortons de la gare routière pour trouver un gentil taxi CALME (et vert) qui nous amène à Tam Coc. Vous en avez pour 10 à 15 minutes de voiture et cela revient à 98 000 VND.

VIETNAM – Transports : prix des mini-bus, trains, taxis et avions

COMMUNICATION COMPLEXE A L’HÔTEL DE TAM COC

Nous voila donc à l’hôtel : les 2 femmes qui nous accueillent ne parlent ni anglais, ni français ni aucune autre langue. On ne comprend rien, elles ne comprennent rien, et elles ne cherchent pas à comprendre alors que nous essayons de communiquer par signes ou mots simples.

Prononçant plusieurs fois le mot « LOAN », elles pensent que nous nous sommes trompées d’hôtel et veulent nous envoyer chez elle, finissent par l’appeler et nous la passer. ENFIN nous avons quelqu’un pour communiquer. On rappelle à Loan qu’elle a réservé une chambre pour nous dans cet hôtel (manque de place chez elle). Elle explique en vietnamien à l’hôtelière la situation. La situation se débloque,

la vietnamienne nous mène à notre chambre sans ascenseur.

BALADES ET DEJEUNER DANS TAM COC

VIETNAM – Tam Coc en 5 découvertes

Après une rapide préparation, nous sortons sous la pluie mais sous la chaleur. Le Kway tient trop chaud, et nous voila donc obligées d’assurer la crème solaire. On emprunte la route qui passe devant l’hôtel en nous dirigeant vers la droite et croisons beaucoup de français. Tam Coc est le repère des français.

Après 10 minutes à pieds, nous passons devant « CHEZ LOAN », et empruntons quelques mètres plus loin une petite route (la 1ere à gauche) qui mène au village DAM KHE. On y tourne un peu, les gens sont chez eux, l’intérêt est basé sur le fait qu’il ne soit pas touristique.

Nous retournons sur la route principale et continuons (vers la gauche donc)Après 10 à 15 minutes environ, après un pain de sucre, un petit chemin/digue sur votre droite apparaîtra. Il s’enfonce dans les terres en contournant un plan d’eau. Vous pouvez l’emprunter, une promenade bien agréable qui vous amènera au plus près de ces amas de pierres. Promenade d’environ 30 min qui vous fait rejoindre la route principale un peu plus loin, vous finissez ce parcours en suivant une rivière.

 

Une fois de retour sur la grande route, marchez encore, passez sous un mini tunnel et vous arriverez dans un village. On a TRES TRES faim, mais alors ÉNORMÉMENT. On se dirige vers une paillote où un ENOOORME panneau RESTAURANT est accroché.

Il n’y a aucune table, rien, nous sommes chez des gens. Une dame de la maison d’à côté sort en hurlant et courant vers nous pour nous amener chez elle. La vieille dame de la paillote l’en empêche et nous sort une table, 2 chaises et part faire la cuisine au fond. Elle nous prépare un pho et 1 banane chacune pour 30 000 VND (chacune)

Nous continuons la promenade en continuant tout droit au croisement. Direction : le site de Bich Dong.  C’est une jolie pagode sous les arbres, à l’abri d’une montagne. Des marches mènent dans des grottes aménagées. Les marches deviennent hautes et glissantesc’est méga dangereux, j’insiste, je vais faire atten……TIOOOON… ENORME CHUTE EN DIRECT !!!!! Je dévale plusieurs marches : appareil photos, pantalon, coude, oh mon dieu oh mon dieu ! Bref…. faites attention amis voyageurs, même si vous pensez être prudent, soyez le encore plus.

Chemin inverse, jusqu’au croisement en face du « restaurant », on prend à droite (à gauche si vous venez de Chez Loan)L’objectif : trouver une grotte et un temple. Sur la route, les gens disent bonjour, sans demander d’argent, c’est TRES appréciable. La chaleur est incroyable, intenable. Certains scooters s’arrêtent, veulent nous prendre en autostop payant. On refuse, préférant découvrir la campagne à pied.

La grotte et le temple sont toujours invisibles, est-ce plus loin ? Cela semble bizarre, il n’y a plus que des rizières. On tente une dernière fois en demandant à un couple de français en scoot’ mais ils n’en savent rien. On rebrousse donc chemin, sans force avec eau chaude.

PRISE EN OTAGE DANS UNE BARQUE

Avant de terminer cette journée balade, on se décide pour une promenade en barque dans la vallée du soleil. Pour cela, nous reprenons la route principale et marchons jusqu’à après le mini tunnel. L’embarcadère se situe au croisement de la fin du chemin de la digue (pris ce matin) et de la route principale.

Un groupe de vietnamienne patiente. Leur « chef » nous demande 100 000 VND chacune. Ce que nous trouvons excessif, on essaie de négocier mais « la chef » s’en fiche royalement et nous envoie balader. Nous acceptons donc et nous voila dans la barque.

La balade est sympathique mais un brin trop longue. Les paysages sont très beaux et nous passons sous 2 grottes. La rameuse enfile une lampe frontale : c’est l’aventure ! On entend des singes, on voit un rocher en forme de crocodiles, des roseaux, des pains de sucre, bref, c’est reposant.

Sur le retour, elle essaie de me faire ramer, c’est plutôt compliqué, mais heureuse de l’avoir tenter… SI SI SI !

Enfin la terre se rapproche, hâte de rentrer à l’hôtel pour une bonne douche. CA Y EEEST ON Y ESSST …. Ah non,la barque s’immobilise à 2m du sol. On se retourne vers la rameuse voir ce qu’il se passe. Tout sourire, elle tend la main ouverte et réclame…SUSPENS…. de l’argent !! Elle RE-CLAME ! Nous refusons, une fois, deux fois, rien n’y fait, on ne bouge plus…. nous voila obligé, prises en otage de lui redonner des billets pour qu’elle nous libère.

 

SOIREE ET DINER A TAM COC

Une fois à l’hôtel, un rafraîchissement avec un léger repos s’impose MAIS nous ressortons aussitôt, nos estomacs hurlant : famiiiiine !

1ERE SOLUTION :

Tourner à gauche dans la nuit noire, vers Tam Coc.
On ne voit rien, on aperçoit les locaux chez eux, se reposant sur le canapé ou regardant la TV. Arrivées au centre de Tam Coc, découverte d’une ville sans vie, sans restaurant. Nous repartons donc vers l’hôtel.

2EME SOLUTION :

Tourner à droite dans la nuit noire, vers l’hôtel « Chez Loan ». On ne voit rien, on aperçoit …. rien? Arrivée Chez Loan, découverte d‘une terrasse chaleureuse avec un restaurant qui sent bon. On s’installe !

Je me présente à Loan qui se souvient de nos échanges. On papote quelques minutes puis nous dégustons :

– des Nems aux crevettes – 60 000 VND
– Un canard laqué – 110 000 VND
– Un poulet miel/sésame – 100 000 VND
– Une bouteille d’eau – 15 000 VND

VIETNAM – 20 restaurants pour déjeuner, dîner, ou boire un verre

Loan vient à notre table, nous discutons quelques minutes de l’organisation. En effet, demain soir, nous prenons un train de nuit. Où mettre nos affaires dans la journée ? Où nous doucher le soir avant de prendre le train ? Surtout comment communiquer avec l’autre hôtel pour leur expliquer tout cela ?

Elle nous propose de venir nous chercher le matin en voiture, de laisser nos affaires dans son hôtel, de petit déjeuner à son hôtel de se doucher dans la douche en bas de l’hôtel le soir, de dîner à son hôtel et de nous commander un taxi pour nous amener à la gare le soir.

Ca nous semble très arrangeant, Loan EST arrangeante et accueillante. C’est très agréable, seul bémol, elle est dans le paraître, très soignée, et très « ami ami ». Ce n’est pas dérangeant mais on ne sait pas vraiment si c’est sincère ou pas. Sachez que son hôtel est un repère à Français, il n’y a que ça. Mais il est très agréable et le restaurant est excellent.

En dessert, elle nous offre de l’ananas. Elle nous avait proposé de nous ramener en voiture à l’hôtel mais finalement, elle a disparu, c’est donc à pied que nous partons rejoindre nos lits. La grille de notre hôtel est fermée, l’hôtelière nous ouvre. Elle nous attendait, nous sommes ses seules clientes.

Laisser un commentaire