PEROU – Jour 20/21 – Huaraz

20ème et avant dernier jour, nous entamons une dernière randonnée vers la Laguna 69 dans la Cordillère dans Andes, c’est dur mais si beau…

EN ROUTE POUR LE DÉPART DE LA RANDONNÉE

C’est donc aux aurores que l’on se réveille, le départ étant prévu pour 5h/5h10 du matin. On attend une petite demi-heure dans la nuit et le froid puisque le car n’arrive qu’à 5h30. C’était assez drôle puisque nous avons vu passer beaucoup de car et bus pour des excursions diverses, pensant toujours que c’était le nôtre qui arrivait, et non.

C’est reparti pour les multiples arrêts :

1er arrêt : On s’arrêt pour petit déjeuner dans un endroit plutôt sympa, de longues tables, un jardin, de nombreux touristes. On petit déjeuner notre box composé d’une petite bouteille d’eau, pomme, sandwich au fromage et mandarine. Vous pouvez commander à boire et à manger également dans ce lieu si vous n’avez pas apporté votre petit déjeuner. Pour exemple, le café Latte est à 3 soles.

Petit déjeuner avant la Laguna 69
Petit déjeuner avant la Laguna 69

2ème arrêt : Le guide collecte les 10 soles par personne pour les droits d’entrée et paie au point de controle.

3ème arrêt : BOOOM !! On sursaute tous, quelque chose vient de tomber sur le car ! Ah non, c’est l’énorme rétroviseur qui vient de tomber du car. Nous voila fortement rassurés sur l’état du véhicule, le guide descend en courant le chercher.

4ème arrêt : Nous stoppons à une 1ere lagune d’un bleu turquoise très impressionnant. Le chauffeur et guide tentent de recoller ou attacher le rétroviseur…


5ème arrêt :
Nous arrivons au début de la randonnée pour la Laguna 69 !

Au départ de la randonnée vers la Laguna 69
Au départ de la randonnée vers la Laguna 69

2H40 DE RANDONNÉE POUR POUVOIR ADMIRER LA LAGUNA 69

Le guide nous donne le timing : 1 heure de faux plat, 1h de montée, 15 minutes de plat (vrai plat), 45 minutes d’une super montée, en bref environ 3h de montée. Il précise que l’on doit rester 1h à la Laguna 69 puis redescendre en 2h.

En bref il est 9h30, il faudra être au bus à 15h30 (mouais on nous a déjà fait ce coup là hier au Glacier de Pastoruri …. voir mon article sur le sujet). Le guide met une grosse pression en nous expliquant que si nous sommes trop lent, il faudra penser à retourner au bus sans être allé jusqu’à la Laguna.

C’est donc un peu pressée et stressée que je commence à marcher. La randonnée est libre, pas de groupe à suivre, chacun va à son rythme. Le faux plat est traître, je suis archi essouflée alors qu’il n’y a pas de difficulté physique. Ah mais attend, à quelle altitude sommes nous déjà ? Ah oui 3900m …

La montée est plus difficile en terme de dénivelé mais si vous allez doucement (pas trop pas trop sous peine de ne pas aller au bout), elle est accessible, c’est l’altitude qui fatigue. On arrive à un petit lac, à partir de là, c’est plat et donc récupération des poumons. Pensez à admirer cascades et végétation que vous n’avez pas l’habitude de voir. Les paysages, tout au long de la randonnée, sont sublime. C’est dur, mais ça vaut vraiment le coup de lever la tête. L’effort en est moins grand. Il ne reste qu’une montée horrible, je ne vais pas vous la minimiser, j’avance mètre par mètre, « au bout de ma vie ». Le dénivelé est assez violent mais c’est la dernière ligne droite !

Un dernier « quand est ce qu’on arrive?? » lancé, et nous y sommes !! 2h40 vs 3h prévu, suis fière de moi et de mes gambettes qui ont tenu ! A 4600m, la Laguna 69 apparaît d’un coup d’un seul, c’est BEAU ! L’eau est d’un bleu magnifique, les sommets enneigés la surplombent, on entend le bruit de la neige craquer. Quel spectacle ! J’oublie instantanément la douleur de la dernière montée. On s’installe et dégustons nos sandwich tout en ne lâchant pas la vue des yeux.

Le temps passe, et nous devons redescendre. A l’heure au car, nous devons, encore une fois, attendre quelques personnes qui n’arriveront que vers 16h.

Si vous souhaitez admirer un peu plus La Laguna 69, cliquez ici : Album Photos Laguna 69

ON A FAILLI MOURIR AU FIN FOND D’UN RAVIN

Ce titre à sensation fait-il son effet ? Vous êtes vous précipité sur la suite de l’article pour lire comment nous avons échappé au pire ?

Je vous raconte… le car finit par partir, la route est étroite et sinueuse. Un seul véhicule à la fois peut passer. EVIDEMMENT, nous croisons un énorme tracteur qui décide de tenter la roulette russe, nous sommes du côté de la montagne et lui, du ravin, il passe à peine, on retient tous notre souffle.

Puis vient un camion qui lui, pas fou, nous laisse du côté du ravin. La je commence à avoir peur mais vois que notre chauffeur ne veut pas passer. Ils cherchent une solution, tout le monde s’y met, personne ne veut reculer, la discussion, les essais durent 1h ! Je n’en peux plus … et notre car commence à amorcer une avancée côté ravin, ce n’est plus de la peur mais de l’angoisse que je ressens.

Un couple d’allemands hurlent et sautent du car, nous les imitons dans la seconde nous mettant en sécurité plus loin sur la route. Le car avance et nous le voyons tanguer dangereusement, c’est alors que les 20 autres touristes descendent en furie et nous rejoignent.

Le chauffeur prend peur nous voyant réagir ainsi, il décide donc de faire marche arrière jusqu’au parking à 10 minutes de la pour laisser le camion passer.

Il est temps de repartir, nous arriverons épuisés à Huaraz vers 19h30, ils nous laissent vers la Plaza de Arma.

Laisser un commentaire